Binance Afrique

Binance va former 1000 développeurs en Afrique au 1er trimestre 2021

Le 31 janvier 2021, Binance lancera une Masterclass pour enseigner aux développeurs africains comment créer des applications décentralisées (dApps).

 

Binance poursuit sa mission éducative en Afrique

Dans un récent communiqué , Binance, le leader mondial des échanges de cryptomonnaies, a réaffirmé son intention d’utiliser l’éducation pour promouvoir l’adoption des cryptomonnaies et de la blockchain sur le continent africain.

En effet, Binance Africa, la branche continentale de l’exchange, a pour objectif cette année de mettre à la disposition des programmeurs africains les outils leur permettant d’acquérir les connaissances théoriques et pratiques nécessaires pour développer des applications décentralisées sur le réseau Binance Smart Chain (BSC).

Cette initiative fait suite à de précédentes MasterClass qui ont permis de former des dizaines de milliers de personnes en Afrique – mais surtout au Nigéria – sur les bases du trading de cryptomonnaies.

 

Un programme aussi riche que varié

Le coup d’envoi sera donné par Changpeng Zhao (CZ), PDG de Binance, le 31 janvier prochain lors d’une visioconférence qui aura lieu sur ZOOM (cliquez ici pour vous y inscrire).

Par la suite, de nombreux experts se relaieront pour assurer la transmission des savoirs avec comme idée directrice : « reconstruire les systèmes financiers sur la blockchain ».

La formation s’étendra sur 9 neuf semaines (dont une facultative) et sera articulée autour de deux grands axes : les possibilités de carrière dans l’univers blockchain et le parcours à suivre pour devenir développeur blockchain.

En plus de préparer gratuitement les apprenants à saisir de nouvelles opportunités professionnelles, ce programme de formation se conclura par l’obtention d’un certificat de participation émis sur Binance Smart Chain, la blockchain de Binance.

À l’issue de ce stage, Binance sélectionnera les 5 meilleurs projets réalisés par les étudiants de la Masterclass pour une démo de 15 minutes chacun. Le communiqué ne précise toutefois pas s’ils bénéficieront par la suite d’un suivi particulier.

Laisser un commentaire